Afrique Algérie

Séjour Algérie – Décembre 2018

L’article ci-dessous relate un séjour de 3 jours effectué en Algérie du 13 au 16 décembre 2018 dans le cadre de TRAVEL WITH A MISSION afin de valider un projet de réhabilitation d’un lieu d’accueil pour orphelins dans le village de Bordj Zemoura.

L’Algérie. Un pays dans lequel je ne me suis jamais rendu. Si je suis déjà allé au Maroc et en Tunisie, ses deux voisins, j’attends avec impatience de découvrir cet immense pays, le 9ème plus grand au monde. Les images que me renvoient ce pays sont principalement liés à sa diaspora en France, au sifflement de la Marseillaise dans le stade de France en 2002, aux actualités parfois peu glorieuse faisant état d’un Président ne s’étant pas présenté devant son peuple depuis plus de 5 ans ou encore de la décennie noire, un conflit qui opposa le gouvernement algérien, disposant de l’armée nationale populaire (ANP) et divers groupes islamistes à partir de 1991. On estime que ce conflit coûta la vie à plus de 60.000 personnes. D’autres sources avancent le chiffre de 150.000 personne (Avec des milliers de disparus, un million de personnes déplacées, des dizaines de milliers d’exilés et plus de vingt milliards de dollars de dégâts). Le terrorisme islamiste se termina par la victoire du gouvernement, suivi de la reddition de l’armée islamique du salut (AIS) et la défaite en 2002 du Groupe islamique armé (GIA). Bref, des images pas toujours très glorieuses.

Mais mes voyages m’ont appris à ne pas trop baser mes opinions sur ce qui se dit dans les médias. J’ai été dans ma vie dans plus de 110 pays. Si je devais lister un classement des pays les plus hospitaliers du monde, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan pourrait être mon top 3. Pas des pays que j’aurais imaginé en tête avant de partir… Le voyage casse les idées pré-conçues…

Dès mon arrivée à Alger, les premières idées préconçues s’envolent. Dans les rues, de nombreuses femmes cheveux au vent, modernes. Certes, il s’agit de la capitale mais se rendre dans un pays à 99% musulman aurait pu me faire croire que les femmes allaient être principalement voilées. Ce n’est pas le cas ! Le soir même, je suis accueilli dans une réunion d’un Lion’s club, un des deux clubs de service les plus importants dans le monde avec le Rotary club, que je connais mieux.

L’accueil est magnifique, une trentaine de personnes m’accueillent en même temps qu’ils accueillent le gouverneur ainsi que 3 nouveaux membres pour leur club. L’ambiance est festive. On y rappelle les idéaux de l’organisation visant à servir les autres avant de penser à soi-même. Une belle idéologie. L’union fait la force !

Je suis là car le projet que je m’apprête à visiter sera un partenariat entre une association locale, le club Lion’s Alger Hope et Travel With A Mission. C’est le Lion’s qui m’a orienté vers ce projet et qui en assurera la pérennité.

Bravo à tous ces gens prenant un peu de leur temps, de leur argent et de leur énergie pour rendre le monde meilleur ! Je me sens proche de ces gens !

Après une courte nuit chez l’un des membres du club, je prends un avion direction Constantine, la 3ème ville du pays. Je vais y rencontrer Badia, fils d’un enfant à l’autisme sévère et fondatrice d’un centre pour autistes qu’elle a crée après s’être rendue compte du peu d’attention porté à cette maladie trop peu connue. « Ce n’est qu’à l’âge de 7 ans de mon fils qu’on a finalement pu mettre un nom sur sa maladie » me dit-elle. Nul besoin de préciser que le mal aurait été bien mieux traité s’il avait été pris en charge correctement bien plus tôt !

Badia dirige maintenant un centre accueillant au quotidien 140 jeunes autistes et une trentaine d’adultes. Le tout avec des moyens très limités mais avec une bienveillance et une énergie sans faille. Une belle inspiration !

Une partie du centre de Badia qui contient notamment plusieurs salles de classe.

J’écoute les besoins de son projet mais celui-ci ne sera finalement pas sélectionné par le donateur du projet pour lequel je suis ici. Le projet se trouve dans le village de Bordj Zemoura, situé à 45 minutes de route de Bordj Bou Arreridj et à 1h de la grande ville de Setif.

Avant de rejoindre ce village, je visite assez rapidement la ville de Constantine, construite autour de falaises. Surnommée la « ville des ponts suspendus », celle-ci compte de nombreux ponts aux 4 coins de la ville. Elle est l’une des plus anciennes cités du monde, une ville importante dans l’histoire méditerranéenne. Etant donné que nous sommes vendredi midi, une grosse proportion de la population est à la mosquée. On me propose d’y aller également, ce que j’accepte avec plaisir. Je m’adapte aux ablutions que j’ai déjà eu l’occasion de faire à plusieurs reprises mais me retire avant les génuflexions que je ne maîtrise pas. Toujours intéressant cependant de cotoyer la ferveur des croyants du monde même si je ne partage pas leurs croyances.

L’objectif principal de ma visite en Algérie est de valider un projet sur lequel je travaille depuis quelques jours. Celui-ci rentre dans le cadre d’un partenariat entre TWAM et Positive Football, le programme de responsabilité social de l’UNFP encourageant les joueurs de football professionnel à soutenir des projets d’intérêt général et à se rendre sur le terrain pour y faire du volontariat l’espace de quelques jours. Dans le cas présent, il s’agit de Fethi Harek, défenseur de l’équipe de Nîmes d’origine Algérienne. Il viendra sur le terrain du 24 au 30 décembre avec sa famille.

L’objectif du projet sera de réhabiliter un espace donné à l’association en un lieu d’accueil pour orphelins qui fera office de médiathèque, de lieu de rencontre, de soutien scolaire et intégrant une partie administration. Quelques photos du lieu ci-dessous.

Je passe donc l’essentiel de mon temps autour de ce projet. Nous achetons les matières premières et préparons la venue du joueur. Plus de détails sur la mission achevée ici et la visite du joueur ici.

Comme cela est généralement le cas dans les pays musulmans, l’accueil et l’hospitalité y sont formidables. Nous passons du temps dans des restaurants et cafés. En voici un traditionnel ci-dessous séparant les hommes célibataires des familles et intégrant, comme souvent, une salle de prière.

PHOTOS

En rentrant sur Alger, je visite rapidement la capitale. Je passe notamment devant la futur plus grande mosquée d’Afrique, dont le minaret quasiment terminé sera plus grand que la Tour Eiffel. Celle-ci a coûté plus de 11 milliards d’Euros à construire amenant avec elle de nombreux débats. Nombreux sont ceux souhaitant à la place de meilleurs hôpitaux mais le gouvernement semble privilégier la protection de l’âme que du corps. Je me rends également au monument célébrant les martyrs, morts pour la patrie, notamment lors des conflits contre la France coloniale. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de visiter des musées liés à la période coloniale. Je suis cependant passé dans la ville pour y voir les nombreux bâtiments d’architecture française.

Le séjour fut court mais intense. Ravi d’avoir pu découvrir ne serait-ce qu’un petit peu des trésors de ce pays !

 

Restons en contact !

  • widgetfb.jpg
twitterlinkedinyoutubeinstagramtwitterlinkedinyoutubeinstagram

TWAM

  • widget2bis.jpg

Des réductions

  • widget3.jpg

Recevez la newsletter trimestrielle !